Travailler au noir est plus grave que de dealer……

The following two tabs change content below.
Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller en gestion de patrimoine. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info, du site d'observation de la corruption tous-pourris.fr et de quelques autres...

Derniers articles parThibault Doidy de Kerguelen (voir tous)

travail au noirA en croire le gouvernement, les entreprises qui embauchent au noir sont plus dangereuses pour la société que les violeurs, les voleurs, les assassins…..

Mise en place d’une liste noir d’entreprises

Le décret d’application dit «liste noire» vient d’entrer en vigueur. Il permet à un juge condamnant une personne ou une entreprise à une amende pour travail illégal de rendre publique son identité sur le site internet du ministère du Travail.
Cette «peine complémentaire» (pour reprendre la terminologie gouvernementale) est rendue possible par la loi dite «Savary» du 10 juillet 2014 «visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale». Elle est à la discrétion du juge pénal qui fixe la durée de la publication, dans la limite de deux ans.

Consultation libre, mesure dissuasive

Cette liste sera «consultable librement et gratuitement par toute personne» précise le décret signé par le Premier ministre Manuel Valls et deux ministres, Myriam El Khomri (Travail) et Christiane Taubira (Justice). Myriam El Khomri, qualifie d’«extrêmement dissuasive» une telle publication. Y figureront notamment l’identité des personnes physiques (nom, prénom, date et lieu de naissance…), leur adresse professionnelle, la nature de l’infraction. Les entreprises seront nommées, ainsi que l’identité de leur représentant légal.

La même mesure pour les délinquants sexuels ?

La question de la publication des noms et coordonnées des délinquants peut légitimement se poser. Ce qui me choque dans cette affaire, c’est que la mesure ne concerne que les entreprises (essentiellement) ou les particuliers ayant commis des délits dans le cadre du travail au noir. Comme si cette forme de délinquance était la plus dangereuse pour la société française.
Si demain vous embauchez quelqu’un, vous avez le droit de savoir qu’ il a travaillé au noir, mais pas s’il s’agit d’un assassin, d’un trafiquant de drogue, d’un violeur, d’un pédophile, d’un voleur, d’un harceleur ou d’un maître chanteur…..
Si demain vous entrez dans un hôpital, vous aurez la possibilité de savoir si le cuisiner est embauché au noir, mais pas si le médecin qui va s’occuper de vous a la fâcheuse habitude d’euthanasier ceux qu’il n’arrive pas à guérir….
Curieux, comme échelle de valeurs, vous ne trouvez pas ? D’un côté un délit mis sur la place publique, de l’autre des crimes gardés bien secrets au fond des tiroirs de l’administration judiciaire….

Il s’agit d’une double peine

Cette mesure, appelée pudiquement « peine complémentaire » dans la novlangue gouvernementale, n’est en réalité qu’une « double peine ». La « double peine », cela vous rappelle quelque chose ? C’est cette mesure que le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkosy avait supprimé pour les étrangers délinquants, la jugeant « injuste ».

Pourquoi une telle discrimination ?

Certains « complotistes » à l’esprit mal tourné trouveront que dans la mesure où quelques ministres ont du mal avec leur progéniture qui, malgré leur soutien, bénéficient de vacances aux frais de l’État, la « compréhension » se porte forcément plutôt vers une forme de délinquance que vers une autre.

Pour ma part, je crois surtout à l’explication idéologique. Nos socialistes n’ont toujours pas compris que les entreprises sont les seuls acteurs de l’économie a créer de la plus value génératrice de revenus pour la collectivité. Ils n’ont pas compris que les entreprises qui trichent sur les cotisations sociales par vice sont infinitésimales, que pour l’immense majorité d’entre elles c’est ça ou crever. Ils n’ont pas compris qu’il n’y a plus d’industrie en France et que le fameux « patronat » contre lequel ils continuent de se battre n’est en réalité constitué que d’une multitude de petits patrons qui gagnent moins que leurs salariés et qui, c’est vrai, franchissent de temps en temps la ligne jaune pour pouvoir survivre et faire survivre ceux qu’ils embauchent.

Mais comment faire entendre raison à des ânes ?

Désigner les délinquants, même « alimentaires » à l’opprobre et à la vindicte populaire, les lâcher en pâture à la masse toujours à la recherche de bouc émissaires comme hier on l’invitait à cracher sur les forçats partant au bagne pour avoir voler à l’étalage, c’est facile, ça détourne l’attention des vrais problèmes et de la vraie délinquance toujours en hausse.

Nous sommes gouvernés par des ânes. Des ânes dont la politique stupide a supprimer des millions d’emplois, des ânes dont la politique stupide a générer une délinquance record, des ânes qui croient encore pouvoir « mobiliser contre les patrons voyous ». Sauf que lorsque les « patrons voyous » ne pourront plus du tout embaucher, plus du tout travailler, plus du tout créer de plus value, les ânes n’auront plus du tout d’avoine… Car leur avoine, aux ânes, n’est payée que par la plus value générée par l’activité des entreprises… Empiffrez vous, ânes, cela ne durera pas longtemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *